Page principale de LatLon-Cologne Page principale de LatLon-Europe Qui sommes-nous? Contactez-nous Latlon en Allemand Latlon en anglais Latlon en espagnol LatLon-Colonia en Italiano
 
 
LatLon-Berlin
LatLon-Potsdam
LatLon-Hambourg
LatLon-Dresde
LatLon-Leipzig
LatLon-Cologne
LatLon-Rothenburg
LatLon-Munich
LatLon-Genève
LatLon-Lausanne
LatLon-Neuchatel
 
 
Histoire de la ville de Cologne

Résumer l'histoire d'une ville en une page, ce qui est déjà un défi pour beaucoup de villes, l'est encore plus pour Cologne et ses plus de 2000 ans d'histoire. La présentation qui suit est divisée en plusieurs chapitres historiques pour vous aider à bien comprendre le passé si riche de la ville Cologne - Köln. Le texte est basé sur différentes sources dont de plusieurs articles de l'encyclopédie Wikipédia. Cette page est aussi au format PDF.

Si vous deviez trouver une erreur et si vous souhaitez compléter ce texte, envoyez-nous simplement un émail.         Bonne lecture!

Les origines préhistoriques de Cologne et ses environs
De l'époque paléolithique et néolithique, témoignent quelques découvertes de présences autour de Cologne. Il s'agissait alors de populations d'agriculteurs qui quittèrent le bassin du Danube pour profiter du climat tempéré et des terrains fertiles de la vallée rhénane. Ces peuples changèrent souvent de place après que les terres perdurent de leur fertilité ou après des crues dévastatrices du Rhin (il y en eu de nombreuses jusqu'à nos jours). De même, de l'Âge du bronze, des présences sont attestées à et dans les environs de Cologne. Une population celte de l'époque de La Tène s'installa au Sud de l'actuelle Cathédrale de Cologne mais ne laissa que peu de traces.

Colonia Claudia Ara Agrippinensium - Colonie romaine - 38 av. J.-C.-454 ap. J.-C.

Les 500 ans de l'histoire romaine de Cologne débutent en l'an 57 avant J.-C. avec la victoire de Jules César lors de la Guerre des Gaules et avec l'occupation des territoires jusqu'au Rhin, un fleuve qui joua un rôle important de frontière entre les romains sur la rive gauche et les peuples germaniques sur la rive droite. La conquête romaine sur la rive droite fut entreprise par les généraux Drusus, Tibère et Varus entre 9 avant J.-C. et 9 après J.-C. Ce dernier général romain resta dans les anales comme celui qui se fit infliger une fâcheuse défaite contre les Chérusques commandés par Arminius (un Chérusque devenu citoyen romain et homme de confiance de Varus avant de s'engager pour son peuple). Ce fut la Bataille de Teutoburg il y a deux mille ans (en l'an 9). Les romains se limitèrent donc à la rive gauche et par la suite, ils firent construire la Lime, un mur fortifié d'une longueur de 550 kilomètres. Quant à Arminius, il est considéré comme le premier héro de l'histoire germanique et encore aujourd'hui, il reste bien connu des Allemands (de nombreux films furent consacrés à Arminius en 2009).

La vraie fondation reconnue de la ville romaine en l'an 38 av. J.-C. et son premier nom de Oppidium Ubiorum (Ara Ubiorum un peu plus tard) est à mettre en relation avec les Ubiens, une tribu germanique qui soutenue César militairement. Ainsi, la ville devint la capitale des Ubiens avec des garnisons romaines. Avec le soutien d'Agrippine la Jeune, la ville obtint le statut de colonie romaine et en l'an 50 après J.-C. prit le nom de Colonia Claudia Ara Agrippinensium (CCAA). Ce nom signifie qu'il s'agit d'une ville de droit romain (Colonia), créée sous le règne de l'empereur Claude (Claudia), à l'emplacement de l'autel des Ubiens (Ara ubiorum), par la volonté d'Agrippine (Agrippinensium). CCAA devint la capitale de la Germanie inférieure (depuis l'an 89).

Jusqu'en 454, CCAA jouit d'un rayonnement important et de nombreuses constructions attestent encore aujourd'hui, sous forme de ruines, de ce passé glorieux. Par exemple avec un prétoire (Praetorium) qui fut édifié vers 180 et à l'époque de l'Empereur Constantin, avec un pont en bois qui fut construit sur le Rhin pour relier la nouvelle forteresse de Castellum Divita (Kastell Deutz) sur la rive droite (voir photo ci-dessous). Durant le 3ème et 4ème siècle, la population de toutes origines et religions est estimée à 15'000 habitants. Après la destruction du temple de Jérusalem et le début de la Diaspora, une communauté juive est attestée vers 321, quant au christianisme, on estime à l'an 355, la première utilisation d'une église à CCAA. C'est cette ancienne église qui est associée à la légende de Sainte Ursule et des onze mille vierges tuées par les Huns lors d'une attaque sur CCAA. D'ailleurs durant l'histoire romaine de Cologne, de nombreuses périodes de conflits sont liées aux voisins germains, surtout au 4ème et 5ème siècle avec l'affaiblissement de la puissance romaine. La dernière page de l'histoire romaine se tourne avec l'assassinat du magister militum Flavius Aetius en l'an 454.


COLONIA CLAUDIA ARA AGRIPPINENSIUM (CCAA), Cologne au temps romain.
Une reconstruction présentée dans le musée Römisch-Germanisches Museum à Cologne.
(Source libre de Wikimedia Commons)

Cologne à l'époque franque et carolingienne - 454-925 après J.-C.
Avec la fin de la domination romaine, c'est celle des Francs qui débute pour une période de plusieurs siècles durant laquelle de nombreuses tensions géopolitiques et changements de souveraineté rendent un résumé de cette histoire plus compliqué. Pour cette raison, nous nous concentrons uniquement sur les principaux événements en lien direct avec la ville de Cologne et sa régence.

Dans un premier temps, ce fut Sigebert, roi des francs ripuaires et cousin du mérovingien Clovis Ier qui régnait sur Cologne. Toutefois, il fut assassiné par son fils qui fut à son tour tué pas ses propres délégués. Ainsi Clovis Ier qui avait orchestré cette intrigue, rentra à Cologne, acclamé comme le sauveur et fut proclamé souverain de Cologne et roi de tous les Francs.

Jusqu'au 6ème siècle, avec une population multiethnique, le latin était encore parlé par une population d'origine romaine et malgré le baptême de Clovis, le faite que Cologne fut le siège d'un évêché (depuis 313) et que l'empire mérovingien avait un objectif de christianisation, jusqu'au 6ème siècle, de nombreux cultes non-chrétiens était toujours pratiqués à Cologne. Le développement de la ville et de ses environs se fit en continuant d'exploiter les infrastructures et les bâtiments romains, à l'exemple du prétoire qui servit de palais pour les rois francs ou alors les fermes romaines qui devinrent des villages ou des colonies franques.

Du milieu du 6ème siècle jusqu'en 751, la pression des carolingiens se fit grandissante sans qu'ils puissent totalement vaincre sur les descendants de Clovis. La prise de pouvoir par les Carolingiens dans l'empire francs par Pépin le Bref, marqua la fin du rôle de siège da la royauté à Cologne au profit d'Aix-la-Chapelle (751). Le fils de Pépin le Bref, Charlemagne fut le roi d'un puissant empire unifié avant d'être divisé à la mort de Louis Ier en l'an 840 (fils de Charlemagne). Entre 840 et 925, Cologne changea plusieurs fois de domination, Francie occidentale, Lotharingie et Francie orientale.



Cologne au Haut, au Moyen Âge et comme principauté archiépiscopale

En 925, débuta le règne du Saint-Empire romain germanique fondé sous Henri Ier de Germanie et surtout pas son fils Otton Ier, le premier Empereur de l'Empire. La domination franque prit fin et dès ce moment, ce n'est plus une dynastie unique qui tient les rênes de l'Empire mais ce sont les princes, les ducs et les évêques qui décident du souverain impérial. Ils sont nommés "Electeurs" depuis la Bulle d'Or de 1356. L'archevêque de Cologne était un des sept électeurs. Le Saint-Empire romain germanique incluait un très grand nombre d'Etats indépendants (jusqu'à 1700) qui se réunissait à l'occasion de Reichstag. L'Empereur avec sa position du "Juge suprême" avait la lourde tache de maintenir la paix dans l'Empire, ce qui fut le plus souvent pas le cas, particulièrement au temps de la Réforme avec des états catholiques et d'autres évangéliques. Quant au destin de Cologne, il restera pour plusieurs siècles associé aux autorités archiépiscopales catholiques avec les archevêques comme suzerains.

Depuis l'an 953, Cologne devint le siège d'une principauté archiépiscopale, bien qu'il y eu déjà un premier évêque à Cologne en l'an 313 avec Maternus et que depuis 795, Cologne était le siège d'un puissant archevêché. Les nombreuses basiliques romanes et l'histoire de la Cathédrale de Cologne attestent l'importance de la ville comme ville sainte, un nom (Sancta) qu'elle put même porter depuis le 12ème siècle, tout comme les villes de Jérusalem, Constantinople et Rome. Encore aujourd'hui, elle reste une ville de pèlerinage et d'importance pour le Catholicisme (le pape Jean-Paul II y était venu à deux reprises et une fois pour Benoît XVI).

En l'an 1288, les citoyens de Cologne gagnent leur liberté lors à la Bataille de Worringen, ce qui mit fin à la toute puissance de leur suzerain l'archevêque, en outre, une première constitution en 1396 donne l'égalité entre les patriciens et les corps de métiers. Puis, en 1475, L'Empereur Frédéric III confirma officiellement le statut de ville impériale libre à la ville de Cologne, ce qu'elle gardera jusqu'an 1794.    

1794 - 1814: Cologne sous Napoléon
Après la victoire de Napoléon, les troupes napoléoniennes occupèrent la ville de Cologne à partir d'octobre 1794 et ils y restèrent jusqu'à leur retrait (sans combat en ville) le 14 janvier 1814. Les troupes prussiennes et cosaques avaient déjà atteint la rive droite depuis novembre 1813.
Sous le contrôle de Napoléon qui visita Cologne à deux reprises (1804 et 1811), la ville fut intégrée au département de la Roer. En 1801, tous les habitants reçurent la nationalité française et les hommes furent sollicités pour s'enrôler dans la Grande Armée qui combattra dans la Campagne de Russie. L'histoire de la marque d'Eau de Cologne -4711- est associée à cette période. Ce nombre correspond à une maison après que toutes rues aient été numérotées. Certains disent que cela aurait fait à l'époque de Napoléon, d'autres racontent que cela aurait été déjà entrepris avant l'arrivée des troupes.
Jusqu'en 1848, Cologne continua à garder la monnaie française.



1814-1918 – Cologne dans le Royaume de Prusse

Après le congrès de Vienne, les troupes prussiennes s'installèrent définitivement à Cologne qui fut incorporé à la Prusse. Durant ce siècle beaucoup de changements dans l'administration furent réalisés et la ville vécue un boom industriel et démographique très important, tout particulièrement après 1871 et la fondation du Second Empire allemand. La population était de 56'000 en 1822, 250'000 en 1888 et elle atteint 640'00 habitants quand les villes voisines (aussi sur la rive droite du Rhin) furent intégrées à Cologne (1 million en 1975). Au niveau militaire, entre 1816 et 1863, une immense fortification d'une longueur de 42,5 kilomètres fut construite autour de Cologne (sur les deux rives). Elle dut être démantelée après la défaite allemande de 1918 suite aux exigences du Traité de Versailles. A son emplacement, une grande ceinture verte qui domine encore aujourd'hui le paysage de Cologne fut planifiée et réalisée (voir le plan).

Cologne – De 1918 à nos jours
De 1917 à 1933 et pour quelques mois en 1945, Cologne eu un Maire qui deviendra un personnage mondialement connu en devenant le premier Chancelier de la jeune République Fédérale d'Allemagne de 1949 à 1963. Vous devinez de qui il s'agit! Konrad Adenauer (1876 – 1967 † ). Sous la République de Weimar, Cologne est souvent en tête des villes d'Allemagne quant à son modernisme, son audace et sa faculté à développer des idées et des concepts nouveaux (p. ex. avec la ceinture verte "écolo" à la place des fortifications prussiennes), cela vient peut-être du faite que Konrad Adenauer était très jeune pour un Maire d'une grande ville et qu'il eu aussi une carrière d'inventeur (p. ex. la Kölner Wurst, une saucisse à base de soja). Malgré ces idées, il n'était pas un politicien "vert" mais du centre-droite dans le partie de la CDU.

Sous le régime national-socialiste, Cologne était le chef-lieu du Gau de Cologne-Aix-la-Chapelle. Comme dans le reste de l'Allemagne elle vécut la destruction par le feu de toutes ses synagogues lors de la Nuit de cristal (Pogrome) du 9 novembre 1938 et la communauté Sinti et Romanichel bien présente à Cologne vit 1'000 de ses membres être déportés, sans compter les encore plus nombreux juifs (18'000 en 1933 / 8'000 furent assassinés). Cologne fut détruite à 95% lors des 262 bombardements entre le 30 mai 1942 et le 2 mars 1945. La ville fut libérée par l'armée américaine le 6 mars 1945 mais il fallut encore attendre un mois avant que la ville de la rive droite le fut également.

Après la guerre, la ville connu une longue période où le seul objectif était d'effacer les cicatrices de la guerre avec la construction de nouveaux immeubles, des ponts sur le Rhin (1948-59), des infrastructures dont un nouveau métro (1968). Les fameuses douze basiliques romanes et la Cathédrale de Cologne qui furent aussi fortement endommagées par les bombardements furent progressivement restaurées et reconstruites. Depuis 1996, la Cathédrale est inscrite dans la liste du Patrimoine Mondial de l'Humanité (UNESCO).

Pour mieux approfondir l'histoire de Cologne et découvrir ses nombreux monuments et quartiers, nous vous encourageons à faire appel au guide-conférencier présenté sur notre site qui vous présentera la ville lors d'une visite guidée passionnante.

 
     
 
Suite: Les informations utiles sur Cologne

Toutes les informations sur la page suivante vous renseignent sur Cologne et c’est également ici que vous trouverez ce que vous devez savoir pour séjourner dans cette ville et vous déplacer en Allemagne.

 
     
 

Cliquez ici pour ouvrir le document PDF avec le contenu de cette page
Vous nécessitez le lecteur Adobe® Acrobat Reader pour lire et imprimer nos documents aux extensions ".pdf".      

             Téléchargez gratuitement Adobe® Acrobat Reader sur ce lien >>>

 
     


Unser Angebot für Werbepartner


Visites guidées avec Tour-Agentur




LatLon-Berlin

LatLon-Potsdam



LatLon-Dresde

LatLon-Leipzig

LatLon-Munich

LatLon-Rothenburg ob der Tauber

LatLon-Genève

LatLon-Lausanne

LatLon-Neuchatel






© LatLon-Europe - Cologne - Le 4 mars 2017      Qui sommes-nous ? | Votre établissement ici | Contact | Impressum