Page principale de LatLon-Potsdam Page principale de LatLon-Europe Qui sommes-nous? Contactez-nous le site en allemand le site en anglais le site en espagnol
 
 
LatLon-Berlin
LatLon-Potsdam
LatLon-Hambourg
LatLon-Dresde
LatLon-Leipzig
LatLon-Cologne
LatLon-Rothenburg
LatLon-Munich
LatLon-Genève
LatLon-Lausanne
LatLon-Neuchatel
 
 
Histoire de la ville de Potsdam

Les origines de Potsdam
Les débuts de l’histoire de Potsdam sont attestés par l’archéologie avec la présence de la civilisation germanique sur une colline de la presque-île de Sacrow à partir de 650 av. J.-C. puis ce sont les peuples slaves qui marqueront les environs en occupant plusieurs rives le long de la Spree, de l’Oder et de la Havel. Entre 500 et 700 ap. J.-C., vers l'actuelle rue de la "Großen Fischerstraße", est créée la plus importante colonie slave de la région, Stodor. D’ailleurs, la plupart des noms de la région sont d'origine slave: Berlin, Spandau (ow), Köpenick et Brandenbourg.

Le Moyen-âge et l'arrivée de la Dynastie des Hohenzollern
La première attestation écrite de Potsdam (Poztupimi – "Sous les chênes") date du 3 Juillet 993 et fait référence à une donation de l’Empereur Otton III à sa tante l’Abbesse Mathilde de Quedlinbourg. En réalité, cette donation était sans réelle valeur, car entre 928 et 1157, toutes les tentatives de colonisation de la marche du Nord par Heinrich I. (913-936) et Otton I. (936-973) échouèrent sur la durée en raison de la résistance de la population slave.

C'est au cours de l’extension à l’Est par Albrecht l’Ours (Albrecht der Bär / 1136-70) de la Maison d'Ascanie, que la Marche de Brandebourg est fondée en 1157 avec comme Capitale, la ville de Brandebourg puis Berlin (1417). A partir de ce moment la ville de Potsdam est christianisée et se développe vers l’actuel (et futur) emplacement du Château de Potsdam et de l'Église Saint Nicolas. Plusieurs Dynasties se succèderont, après les Ascaniens, la Maison de Bavière (Wittelsbach), puis celle du Luxembourg et enfin, les débuts des 500 ans de l’histoire de la Maison des Hohenzollern dans la région (jusqu’en 1918) sont marqués par la nomination de Frédéric I. Burgrave de Nuremberg (1417-40) par l'Empereur Sigismund I. en 1415 comme Margrave de Brandebourg puis comme Prince Électeur dès 1417. Durant toute la période médiévale, Postdam reste une bourgade de pêcheurs et d’artisans. Citons encore cet important souverain des Hohenzollern qu'a été Joachim II (1535-71). Il est associé à la Réforme et aux thèses de Martin Luther qu'il imposa à son peuple le 1er Novembre 1539 (son père Joachim I. était encore un fervent catholique qui désignait le Réformateur comme "Le Satan de Wittenberg"). Joachim II joua aussi un rôle important dans la reconstruction de Potsdam après deux importants incendies en 1536 et 1550... Malheureusement la dévastatrice guerre de Trente Ans allait suivre dès 1618.



Reconstruction de la Prusse après la guerre de Trente Ans
Après trente ans de guerre, la ville de Potsdam tout comme celle de Berlin n’est plus qu’un amas de ruines, la Prusse devient un des plus pauvres États du Saint-Empire romain germanique, la population de Potsdam passe à 700 habitants (16 000 soldats suédois avaient campés et dévastés la bourgade), et dans toute la Prusse et le Brandebourg, les pertes humaines sont estimées entre 50 et 90%!

Si l’Électeur Georg Wilhelm (1619-40) ne laissa pas de bons souvenirs, ce n’est assurément pas le cas de son fils qui porta le nom Frédéric-Guillaume I. mais qui est mieux connu sous son nom de "Grand Électeur" (Der Große Kurfürst 1640-88). Sur le modèle français, le Grand Électeur s’attacha à transformer son triste héritage en un État absolu apte à s’imposer et à gagner sa place parmi les grandes puissances de l’échiquier européen; en 1648, Potsdam devient ville résidence, les rues sont pavées, de nouvelles routes sont tracées et un château est construit à l’emplacement d’une ancienne forteresse. Sur recommandation de son ami Jean-Maurice de Nassau Siegen, le paysage de lacs, de collines et de forêts, est transformé pour faire de la ville résidence, une région modèle connue loin à la ronde (ce qui est le cas encore aujourd’hui).

Toujours lié au Grand Électeur, un chapitre extrêmement important pour le développement de la Prusse a eu lieu à Potsdam: Le 8 novembre 1685, à la nouvelle de la révocation de l’Edit de Nantes par Louis XIV, le Grand Électeur signa l’Edit de Potsdam, ouvrant ainsi la Prusse aux réfugiées protestants, les Huguenots, qui bénéficiaient de nombreux avantages, permettant ainsi un repeuplement "haut de gamme" des régions dévastées par la guerre (ils introduiront 46 nouveaux métiers, la soie, l’industrie du textile mais aussi de nombreux légumes dont la spécialité de la région, les asperges mais aussi la salade, les haricots, petit-pois et choux-fleurs). Le Temple français de Potsdam témoigne encore de ce passé. En 1670, le Grand Électeur invita également 50 familles juives à s’installer dans son duché, ainsi que d’autres populations étrangères.



1701 - 1786 - Les grandes années de Potsdam

Les quatre Grands souverains du Baroque sont : Le Grand-Électeur (1640-88), son fils Frédéric III/I. (1688-1713), son fils Frédéric-Guillaume I. (Le Roi-Sergent 1713-40), son fils Frédéric II, dit le Grand (1740-86).

Le fils du Grand Électeur, Frédéric III, hérita d'un État prêt à affronter le nouveau siècle, toutefois au grand dam de celui-ci, le titre royal lui était refusé par l'Empereur Léopold I. Ainsi, le 18 janvier 1701, lors d'une cérémonie majestueuse à Königsberg, il se couronna lui-même, portant à partir de ce moment le titre de Frédéric I. Roi en Prusse (il fallut attendre jusqu'en 1772 pour la désignation officielle de "Roi de Prusse"). A Potsdam, Frédéric I. continua l'œuvre de son père en renforçant le rôle de la ville et en optimisant l'intégration des Huguenots vers l’actuelle Hebbelstraße. Le Château est transformé avec la nouvelle Porte de la Fortune (Fortunaportal), récemment reconstruite et la vie à la cour est rythmée par un cérémonial toujours plus sophistiqué. La ville que vous découvrez aujourd'hui a été réalisé en grande partie sous le roi Frédéric-Guillaume I., dit le "Roi-Sergent", un souverain au tempérament despotique peu agréable qui ne rendit pas la vie rose à ses nombreux enfants (14), dont le futur Frédéric II qui écrira un jour « Tout ce gouvernement fut militaire ». En effet le Roi-Sergent mit la militarisation de l’État dans ses priorités en investissant jusqu’à 80% de son budget dans les dépenses militaires. Les effectifs de son armée doublèrent à 80 000 soldats. L’objectif du roi était aussi d’augmenter sérieusement la population de Prusse (plus d’enfants = plus de soldats) en faisant construire de nouvelles extensions à Potsdam (et à Berlin), avec le quartier hollandais (le roi était un grand amateur de la Hollande) et celui autour de la Brandenburger Straße. La ville de garnison fut entourée par un Mur d’octroi pour augmenter les recettes de l’État mais aussi pour empêcher toute tentative de désertion. Le roi de petite taille aimait aussi à défiler à Potsdam entouré de sa garde rapprochée, les grands gars (Lange Kerls), dont la taille minimale était de 1,88m (un mesura 2,23m).

Au sujet de Frédéric II, dit Frédéric le Grand, il y a tant à dire sur les multiples facettes de ce despote éclairé, que nous nous résumons en ses termes de Voltaire qui vécu à Potsdam entre 1750 et 1753 ; « La triste Sparte se métamorphosa en une Athènes resplendissante ». Dès l’entrée en fonction du jeune roi de 28 ans, le château de Potsdam et ses terrasses furent construites par l’architecte Georg Wenzeslaus von Knobelsdorff, toutefois Frédéric II donna la priorité à l’aménagement, sur la terrasse supérieur, de son futur tombeau où il souhaitait être enterré avec ses chiens lévriers ; il voulait vivre et mourir comme un Philosophe mais ce n’est que depuis 1991 qu’il s’y repose. Le Nouveau Palais avec ses 200 pièces et ses communs ont aussi été réalisés par Frédéric II, après sa victoire sur l’Autriche lors de la guerre de Sept Ans (1756-63). Lors de votre séjour à Potsdam, un passage au château de Sanssouci est une obligation. Vous pouvez visiter le château librement avec un audio-guide, avec un guide de la Fondation (SPSG) ou en cliquant ici.

      

1787 - 1918: Les derniers chapitres des Hohenzollern
Les souverains qui suivirent: Frédéric-Guillaume II (neveu de F.II / 1786-97), son fils Frédéric-Guillaume III (marié à la Reine Louise / 1797-1840), son fils Frédéric-Guillaume IV (1840-1861), son frère Guillaume I. (1861-1888, Empereur depuis 1871, il meure à presque 91 ans), son fils Frédéric III (99 jours en 1888, son épouse est la fille ainée de la Reine Victoria), son fils Guillaume II (1888-1918 abdication).

Après l'épisode de l'occupation de la Prusse par les forces napoléoniennes et une pause dans le développement de la ville, Potsdam renoua avec la croissance grâce à l'industrialisation mais aussi par le faite que la ville ait entretenu et développé son rôle de représentation du pouvoir prussien; chaque nouveau souverain fera construire des Palais de luxe pour lui-même et sa famille (30 châteaux sont aujourd'hui gérés par la Fondation des Châteaux et Jardins prussiens de Berlin-Brandebourg / SPSG) et l'installation à Potsdam de riches familles berlinoises, fit d’elle, une ville-joyau couverte de demeures toutes aussi grandioses les unes que les autres. En 1838, le 1ère voie ferrée de Prusse, reliant Berlin à Potsdam, est inaugurée.

Le dernier chapitre des Hohenzollern à Potsdam est la vie de l'Empereur Guillaume II dans le nouveau Palais et la construction du Château de Cecilienhof pour son fils héritier. Le 9 Novembre 1918, l'Empereur devra abdiquer et fuir au Pays-Bas avec son fils.



Seconde Guerre Mondiale - La division - de 1989 à aujourd'hui

L'histoire du 3ème Reich est associée à une mise en scène de Joseph Goebbels, la "Journée de Potsdam", qui a eu à l'Eglise de la Garnison pour allier, le 21 mars 1933, l'héritage prussien (Les tombeaux de Frédéric II et son père étaient dans cette église) avec la vision totalitaire des nationaux-socialistes. À cette occasion, le Président Paul von Hindenburg eut encore l'avant scène mais deux jours plus tard, le Reichstag donnera les pleins pouvoirs à Hitler. C’est aux portes de Potsdam, le 20 janvier 1942, qu’a eu lieu la tristement célèbre Conférence de Wannsee et trois ans plus tard, durant l'été 1945, c'est la Conférence de Potsdam, des puissances alliées, au Château de Cecilienhof qui allait retenir l'attention du monde entier.

Même si une partie du vieux Potsdam disparu sous les bombardements du 14 avril 1945 (200 ans après l'inauguration de Sanssouci 1750 tonnes de bombes tombèrent en 20 minutes), les extensions baroque ainsi que les parcs sortirent en grande partie indemne de la guerre. Malheureusement, les dirigeants communistes de la RDA s'acharnèrent à faire disparaitre les traces de l'ancien pouvoir prussien en dynamitant ses symboles, le Château de Potsdam et l'Eglise de la Garnison.

Même si la municipalité tenta durant les années soixante-dix de restaurer le centre de la triste et grise ville de Potsdam, il faudra attendre la réunification pour voir une résurrection spectaculaire de la ville, particulièrement depuis 1990 et l'entrée de la ville dans la liste du Patrimoine de l'Humanité. Le nombre d'habitants témoigne bien des développements de ces dernières années: 1989=142 000 1999=127 600 (beaucoup quittèrent la ville) 2008=150 000 habitants  (167.505: 31.12.2015) ! Potsdam est redevenu une ville à l'excellente qualité de vie, une ville entièrement restauré dans un écrin de verdure, Capitale du Land de Brandebourg qui se réjouit de vous accueillir bientôt.

 
     
 
Suite: Les informations utiles sur Potsdam

Toutes les informations sur cette page vous renseignent sur Potsdam
et c’est également ici que vous trouverez ce que vous devez savoir pour séjourner
dans cette ville et en Allemagne.

 
     
 

Cliquez ici pour ouvrir le document PDF avec le contenu de cette page
Vous nécessitez le lecteur Adobe® Acrobat Reader pour lire et imprimer nos documents aux extensions ".pdf".      

             Téléchargez gratuitement Adobe® Acrobat Reader sur ce lien >>>

 
     



Unser Angebot für Werbepartner





LatLon-Berlin

LatLon-Hambourg

LatLon-Cologne

LatLon-Dresde

LatLon-Leipzig

LatLon-Munich

LatLon-Rothenburg ob der Tauber

LatLon-Genève

LatLon-Lausanne

LatLon-Neuchatel






© LatLon-Europe - Potsdam - Le 4 mars 2017      Qui sommes-nous ? | Votre établissement ici | Contact | Impressum